2 mai 2016

Produire, avec constance, une oeuvre peinte polymorphe, animée d’excroissances aberrantes, de volumes cachés derrière des voiles, voilà comment apparaît ma peinture. Je travaille beaucoup l’aluminium, la couverture de survie, la feuille d’or, le miroir qui donnent un aspect minéral.
Un jeu de transparence, de reflets, incluent les spectateurs et l’environnement. J’utilise aussi du latex, la mousse expansive, le silicone, les sequins, la fourrure, les plumes, la laine de verre…

Ma démarche artistique sonde la matière et la couleur dans une recherche continue d’instabilité, qui se situe entre « le chaos bachique et la répulsion ». Je traite les corps dans leur état d’infinie absorption. Les couleurs forment une radiation dans un paysage organique. Je cherche à reconstituer une nature synthétique, malade, que l’on trouve dans la réalité. Dans la nature, je traque le factice : arbres ou lichens aux surfaces plastifiées, mer d’aluminium, baleineau dont le corps vrille façon papier mâché.

L’idée du faux, de l’artifice, voilà ce qui m’attire et conditionne beaucoup mon travail. La brutalité, la sauvagerie de certains films m’inspirent : OEdipe Roi, de Pasolini, le rapport matière-nature qui parcourt le film eXistenZ de Cronenberg, les films d’Herzog. Je peux aussi être influencée par des écrivains, des peintres du Moyen Âge, de la renaissance, des chorégraphes, des jeux vidéo.
Il ne s’agit jamais de citation directe mais plutôt d’une attention à un détail, à un climat.

Je travaille le surlumineux, l’incontinent. Les matériaux que j’utilise sont toquards, ingrats, de la breloque bariolée ajoutés à des matériaux nobles (miroir, feuilles d’or) pour jouer sur une confrontation ordure-orfèvrerie. Ma peinture ne s’accomplit pas dans la synthèse, mais dans la distorsion.

Les ilots de débilité (malpropreté, maladresse, blocs de matières) qui prit isolement restent grossiers, agissent en facettes de mouvements psychiques. Ils tentent de reconstituer une mosaïque, un motif en tension. C’est un jeu de déstructuration. J’explore la clarté de la boue, le létal de la couleur. Je cherche le point maximal de dissonance audible.

Il n’est pas question d’abandon dans la masse du répulsif mais de restituer la part hétérogène et vivante de la matière.

Raphaële Duchange, avril 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Share:

CONTACTEZ LE 7.5 Club

Password Reset
Please enter your e-mail address. You will receive a new password via e-mail.